Blog

12 Jul 2017
La canicule au service de la végétalisation ?
Category:Actualité 
Posted by: J.Demesy

La Cop21 a montré une démarche forte en faveur d’un changement d’approche sur la problématique du changement climatique. Beaucoup grâce aux effets de plus e plus visibles sur l’environnement et l’économie. Témoin la Chine. La végétalisation urbaine est encore un peu à la traine, notamment en France, même si certaines villes, comme Paris sont fortement engagées. 80 % des français vivent en ville aujourd'hui. Et, en cette période de canicule, la pollution à l’ozone atteint des pics record, et la pollution atmosphérique est devenue la première cause environnementale de décès prématurés en France (estimés à 48 000 morts par an).

Comment rendre la ville vivable et durable ? Pour les professionnels conscients, l’UNEP par exemple, la végétalisation urbaine doit être une priorité pour améliorer la qualité de vie et la santé. Lentement la végétation grimpe aux façades, envahit doucement les toits et commence à parcourir les rues. …

Quelques données :

- 1 arbre = 5,4 tonnes de CO2 retenus par an

- 23 % d’asthme grâce aux espaces verts

- Des écarts de pics de chaleur entre ville et campagne allant jusqu’à 8,4°C

- La végétalisation des toitures permet de diviser pratiquement par deux la consommation d’énergie

Paris, (avec notamment l’initiative « Tous Paris-Culteurs » végétalisera plus de 100 ha de toitures d’ici 2020) Bordeaux (qui a mis en place une « Boucle Verte,) Marseille, Lyon ou Lille se sont dotés de chartes concernant les permis de végétaliser.

Mais  les espaces verts ne sont pas toujours une priorité des communes qui laissent trop souvent l’initiative aux particuliers. Le budget espaces verts n’est en moyenne que de 1,2% du budget général. Il y a de la marge… Que la canicule récurrente pourrait bien faire bouger. Quand la nature nous aide… Agissons.

 Add a Review of this item